LogoMaritima

°C

Fos-sur-Mer

-

Économie,

Social

Ascometal: la justice valide la reprise du site de Fos par Marcegaglia

4min

image

Par Jean-Michel Darras31/05/2024 à 09:45

Le tribunal de Strasbourg a validé vendredi la reprise de l'usine Ascometal de Fos-sur-mer par l'italien Marcegaglia, prévoyant de sauvegarder l'ensemble des quelque 330 emplois du site, tandis que l'avenir des autres sites sera étudié par la juridiction fin juin.

Soulagement pour les quelque 330 salariés de l'usine Ascometal de Fos-sur-mer : l'offre de reprise de l'italien Marcegaglia, qui prévoit de garder l'ensemble des salariés du site, a été validée vendredi par le tribunal de Strasbourg, tandis que l'avenir des autres sites sera étudié par la juridiction fin juin. "Le plan de cession a été arrêté au profit de l'offre présentée par Marcegaglia", a indiqué à l'AFP le greffe de la chambre commerciale.

"Les salariés sont aujourd'hui soulagés (…) c'est un vrai projet industriel qui est en place", a réagi auprès de l'AFP Yagiz Ugur, délégué syndical central CFE-CGC, évoquant "la joie, le bonheur et le soulagement, l'apaisement" des employés de l'usine de Fos, Marcegaglia prévoyant de maintenir leurs emplois.

Si tôt la décision connue, les représentants syndicaux présents à Strasbourg ont appelé les employés du site pour la leur annoncer. "On va partager les clés avec (Marcegaglia) pour (...) avoir un avenir le plus pérenne possible", a-t-il poursuivi. François Barges, délégué CGT, espère que ce projet arrivera "à terme et que ce soit une bonne chose pour les salariés" et "pour l'avenir" du site de Fos.

 

"Avenir radieux"?

 

Mis en vente par Swiss Steel, le groupe sidérurgique de 1.200 salariés Ascometal a été placé en redressement judiciaire en mars, pour la troisième fois en dix ans. Marcegaglia a "la ferme intention d'investir 800 millions d'euros sur plusieurs années pour transformer l'usine" de Fos, "idéalement placée", avait indiqué à l'AFP une source proche du groupe italien. "Même dans la sidérurgie, avoir un tel investissement en France, il y a bien longtemps qu'on ne l'a pas vu", a commenté Yagiz Ugur.

Des offres de reprise partielle avaient concerné l'ensemble des cinq sites du groupe, de manière morcelée. Ainsi, outre Marcegaglia, le fonds d'investissement britannique Greybull, le français Europlasma et de l'indien Hind Rectifiers s'étaient positionnés pour la reprise du site.

Ascometal dispose aussi de trois sites d'usinage et de parachèvement, à Custines (Meurthe-et-Moselle), à Saint-Etienne (dans le quartier du Marais) et Leffrinckoucke (Nord). Un centre de recherche sur les aciers spéciaux (Creas), comptant 25 emplois, est également implanté à Hagondange. Pour ces sites, la chambre commerciale a renvoyé à une nouvelle audience fixée au 28 juin. Les offres de reprise devront être déposées au plus tard le 12 juin. "Espérons que l'avenir sera aussi radieux pour eux", a souhaité M. Barges.

Parmi les repreneurs potentiels, l'offre d'Acciaierie Venete, leader italien de l'acier, portait sur les trois sites de Hagondange, Le Marais-Saint-Etienne et Custines ("Marcus"), qui travaillent ensemble sur des aciers spéciaux de petits diamètres destinés à l'industrie automobile, ainsi que sur le Creas.

L'inquiétude était montée samedi pour ces sites comptant quelque 700 salariés lorsque le groupe italien a annoncé que "les conditions prévues par son offre n'étaient pas satisfaites". Venete réclame à l'actionnaire actuel le financement du désamiantage et du dépoussiérage du site d'Hagondange, estimé à 11 millions d'euros par les syndicats.

 

"Bataille"

 

Les salariés d'Hagondange bloquent l'usine depuis lundi et doivent décider vendredi des suites données au mouvement, Venete ayant prolongé jeudi son offre de reprise jusqu'à l'audience fin juin. "On est plutôt soulagés que Venete ait accepté de prolonger son offre", la "meilleure", avait réagi Alain Hilbold, délégué CFDT central. Selon lui, Europlasma a aussi déposé une lettre d'intention pour Hagondange (434 salariés), Custines et Marais (104 salariés sur les deux sites) ainsi que pour Leffrinckoucke (170).

"Le maintien de l'offre" de Venete est "une excellente nouvelle", ont réagi jeudi soir dans un communiqué les élus de la communauté de commune d'Hagondange, prêts à apporter 15 millions d'euros en capital pour soutenir l'offre de l'italien.

Dans deux courriers adressés à l'exécutif, élus et CGT avaient réclamé que l'État apporte une "participation au capital" pour assurer cette charge et éviter "la liquidation de ce fleuron sidérurgique". "Nous mettrons toutes nos forces dans la bataille (...) et aiderons de toutes les manières possibles les offres qui seront sur la table", a assuré jeudi le ministre de l'Industrie, Roland Lescure, qui rencontrera les représentants des syndicats d'Ascometal vendredi à Bercy.

 

© Agence France-Presse

MaJ 10h30

 

 

Tags :

A lire aussi


Lutte contre le sida : la Grande Braderie de la Mode AIDES de retour à Marseille

Marseille

-

Économie

Lutte contre le sida : la Grande Braderie de la Mode AIDES de retour à Marseille

Repreneur d'Ascometal de Fos, Marcegaglia veut investir "à long terme"

Fos-sur-Mer

-

Économie

Repreneur d'Ascometal de Fos, Marcegaglia veut investir "à long terme"

Voodoo acquiert BeReal pour 500 millions d'euros

Monde

-

Économie

Voodoo acquiert BeReal pour 500 millions d'euros

CMA CGM renforce pendant l'été sa route maritime entre l'Europe et l'Asie

France

-

Économie

CMA CGM renforce pendant l'été sa route maritime entre l'Europe et l'Asie

93.6 & 87.9 FM

Abonnez-vous à la newsletter
pour suivre notre activité et obtenir des offres