LogoMaritima

°C

France

-

Environnement,

Politique,

National

Maisons fissurées: le Sénat rejette un texte refondant le régime d'indemnisation

4min

image

Par Jean-Michel Darras30/05/2024 à 17:16

Une proposition de loi écologiste pour améliorer l'indemnisation des particuliers victimes du phénomène de retrait-gonflement des sols, à l'origine de coûteux dommages dans les maisons, a été repoussée jeudi par le Sénat, la majorité la jugeant insoutenable financièrement.

Le texte, porté par la députée Sandrine Rousseau et adopté au printemps 2023 par l'Assemblée nationale, a été rejeté largement dans le sillage de la majorité sénatoriale, une alliance entre la droite et les centristes. Une position partagée par le gouvernement, ce qui enterre quasiment définitivement les chances de voir cette initiative écologiste aboutir.

"Rejeter cette proposition de loi, c'est prolonger le calvaire des sinistrés", a regretté la sénatrice écologiste Ghislaine Senée, dénonçant "un terrible rendez-vous manqué pour le Sénat". Le texte s'attaque au régime d'indemnisation des particuliers qui voient leurs maisons se fissurer à la suite de sécheresses à répétition, une situation aggravée par le dérèglement climatique.

 

10,4 millions de maisons individuelles exposées

 

En France, 10,4 millions de maisons individuelles sont exposées à un risque moyen ou fort de "retrait-gonflement de l'argile" (RGA). Concrètement, le texte modifie les critères de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour augmenter le nombre de communes concernées au titre de ce phénomène de mouvements des sols argileux.

Autre mesure qui a beaucoup fait parler: le fait de libérer les assurés de la charge de prouver que le sinistre subi est lié à ce phénomène. Il reviendrait alors à l'assureur de démontrer que ce n'est pas le cas.

"Loin d'être indolore, cette proposition crée pour le régime un surcoût annuel estimé à 1 milliard d'euros par le gouvernement. Ce milliard d'euros, ce sont les assurés qui, collectivement, le payeront chaque année", a alerté la ministre des Relations avec le Parlement, Marie Lebec.

La rapporteure nommée par le Sénat sur ce texte, Christine Lavarde (groupe Les Republicains), est allée dans le même sens en évoquant des mesures "inopportunes" et les "risques très importants qu'elles font peser sur le fonctionnement du marché de l'assurance".

Cette dernière a invité le gouvernement à se saisir d'un autre "vecteur" législatif "plus large": une proposition de loi qu'elle a elle-même déposée ces derniers jours pour "assurer l'équilibre du régime d'indemnisation des catastrophes naturelles" et qui sera débattue à l'automne.

La démarche de la droite sénatoriale a été dénoncée à gauche. "Cela mine l'initiative législative des groupes minoritaires et rompt avec la conception de la démocratie sénatoriale", a ainsi regretté la communiste Marie-Claude Varaillas.

 

© Agence France-Presse

photo archive Fred Munos maritima médias

A lire aussi


Réintroduction du Criquet de Crau, espèce menacée d'extinction

Bouches-du-Rhône

-

Environnement

Réintroduction du Criquet de Crau, espèce menacée d'extinction

Une centrale solaire inaugurée à Salon-de-Provence

Salon-de-Provence

-

Environnement

Une centrale solaire inaugurée à Salon-de-Provence

Bruit des avions : opération escargot devant l'aéroport de Marignane

Bouches-du-Rhône

-

Environnement

Bruit des avions : opération escargot devant l'aéroport de Marignane

Projet HyVence : les associations fosséennes crient victoire

Fos-sur-Mer

-

Environnement

Projet HyVence : les associations fosséennes crient victoire

93.6 & 87.9 FM

Abonnez-vous à la newsletter
pour suivre notre activité et obtenir des offres