LogoMaritima

°C

Marseille

-

Justice

Narcotrafic à Marseille : une association de magistrats "consternée" des reproches du garde des Sceaux

3min

image

Par Jean-Michel Darras23/03/2024 à 15:43

"La liberté de parole" d'un juge d'instruction "ne saurait être entravée par des considérations politiques", s'alarme samedi l'association des magistrats instructeurs, "consternée" des récents échanges à Marseille entre le garde des Sceaux et des magistrats entendus par une commission d’enquête sur le narcotrafic.

"L'Association française des magistrats instructeurs (Afmi) a pris connaissance avec consternation des échanges survenus le mardi 19 mars 2024 au tribunal judiciaire de Marseille entre le garde des Sceaux et les magistrats ayant participé à la récente commission d’enquête sénatoriale sur l'impact du narcotrafic en France", écrit-elle dans un communiqué.

"Il est sidérant qu’un garde des Sceaux puisse reprocher" à un juge d'instruction, qui est "un magistrat du siège" donc "non soumis à (son) autorité hiérarchique" et "dépolitisé dans l'exercice de ses fonctions", de "+faire le jeu+ de tel ou tel mouvement politique lors d’un témoignage sous serment devant les élus de la Nation", estime-t-elle.

 

"Je crains que nous soyons en train de perdre la guerre contre les trafiquants à Marseille"

 

A Marseille mardi, le président Emmanuel Macron, qui était notamment accompagné de son ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti, a annoncé le lancement d'opérations dites "Place nette XXL" en France afin de "porter un coup d’arrêt aux trafics de drogues".

Cette visite surprise du chef de l'Etat est intervenue deux semaines après que des magistrats marseillais ont tiré la sonnette d'alarme face à la puissance du narcotrafic, devant la commission d'enquête sénatoriale.

"Je crains que nous soyons en train de perdre la guerre contre les trafiquants à Marseille", avait notamment estimé l'une des magistrates, vice-présidente du tribunal chargée de la coordination de la section JIRS Criminalité organisée de l'instruction.

"Notre collègue juge d'instruction de Marseille a dépeint avec courage, lucidité et sincérité sa perception de l'état du narcotrafic dans le sud de la France. Elle (...) s'est exprimée sur l'état de la menace et sur les enjeux pour y répondre", relève l'Afmi.

 

"Si les moyens ne sont pas à la hauteur des enjeux"

 

"Il ne s'agit pas de faire de défaitisme que de dire que nous sommes en train de perdre la lutte contre le narcobanditisme, et contre la criminalité au sens large, si les moyens ne sont pas à la hauteur des enjeux", ajoute l'association, pour qui la récente réforme de la police nationale, "n'est pas de nature à répondre aux enjeux judiciaires de la lutte contre la délinquance du haut du spectre".

"Dans ce contexte, les opérations +Place nette+ qui mobilisent, de façon ponctuelle, des moyens considérables de policiers sur la voie publique ne peuvent être suffisantes pour endiguer le narcotrafic", selon l'Afmi.

 

© Agence France-Presse

A lire aussi


Effondrement mortel de la rue d'Aubagne à Marseille: procès prévu en novembre

Marseille

-

Justice

Effondrement mortel de la rue d'Aubagne à Marseille: procès prévu en novembre

Drogue: Agresti-Roubache défend un statut de "repenti spécifique" pour les "nourrices"

France

-

Justice

Drogue: Agresti-Roubache défend un statut de "repenti spécifique" pour les "nourrices"

Ouverture du procès en appel de l'attentat du 14-Juillet à Nice

Région sud

-

Justice

Ouverture du procès en appel de l'attentat du 14-Juillet à Nice

Agression mortelle à Grande-Synthe: deux mineurs mis en examen pour assassinat

France

-

Justice

Agression mortelle à Grande-Synthe: deux mineurs mis en examen pour assassinat

93.6 & 87.9 FM

Abonnez-vous à la newsletter
pour suivre notre activité et obtenir des offres