LogoMaritima

°C

Marseille

-

Justice,

National

Prison ferme pour deux policiers qui avaient aidé leur "indic", trafiquant de stupéfiants

3min

Par Maritima 13/04/2024 à 09:07

Ils avaient détourné des fichiers de police au profit d'un informateur trafiquant de drogue : deux policiers ont été condamnés vendredi à Marseille à des peines de deux ans et 18 mois de prison ferme, à purger sous bracelet électronique.

Le parquet avait requis jeudi une peine de trois ans contre ces deux fonctionnaires, désormais révoqués de la police nationale. Absent du procès et véritable pivot de l'affaire, Salim B., alias "Le Chacal" s'est vu infliger neuf ans de prison et un mandat d'arrêt a été décerné. Ce trafiquant, déjà condamné à perpétuité en Algérie pour trafic de drogue, s'est désormais installé à Meknès (Maroc).

En mars 2018, après s'être fait dérober dans le Val d'Oise des dizaines de kilos de résine de cannabis, "le Chacal" n’avait eu de cesse de retrouver Mourad B., qu'il soupçonnait d'avoir trempé dans ce "carottage".

Pour y parvenir, il avait sollicité ses multiples relations policières, étant notamment un informateur officiel de l'Office Central de Répression du Trafic Illicite de Stupéfiants (OCRTIS).

Un mariage blanc en échange de 20.000 euros

Selon l'accusation, des documents extraits de fichiers de police lui avaient permis de retrouver la trace de Mourad B. à Marseille où il avait recruté un commando pour l'enlever et le séquestrer. Quatre membres de cette expédition punitive menée en juin 2018 ont été de leur côté condamnés à des peines allant de sept ans de prison à trois ans dont un an avec sursis.

L'ex-policière Sonia C., 45 ans, a été condamnée à trois ans de prison dont un an avec sursis pour le détournement des fichiers de police et association de malfaiteurs en vue de commettre un enlèvement, une séquestration et des violences.

Très proche de Salim B. avec lequel elle avait contracté, en 2009, un mariage blanc en échange de 20.000 euros, elle lui adressait fréquemment des captures d'écran de documents extraits des fichiers. "Elle, c’est de l'industriel", avait estimé la procureure Isabelle Candau, évoquant "au moins 70" consultations illégales.

"A l'insu de son plein gré"

"C'est presque à l'insu de son plein gré qu'elle faisait ses consultations", avait plaidé son avocat Me Mathieu Bui pour qui "elle finit par croire que son travail c'est de donner des informations à B.". Selon l'avocat, elle ignorait le projet d’enlèvement.

Son ex-collègue, Soufiane O., a été relaxé pour l'association de malfaiteurs mais condamné à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis pour le détournement de fichiers et ses relations financières troubles ainsi qu'une escroquerie à l’assurance commise avec Salim B.

La défense a déploré l'absence d'autres policiers, des gradés qui étaient dans le collimateur de la justice au début de l'enquête mais n'ont finalement pas été poursuivis. Notamment un fonctionnaire de l'OCRTIS, agent traitant du "Chacal", qui avait à la demande de celui-ci utilisé une fausse réquisition pour obtenir la géolocalisation d'un téléphone que le trafiquant soupçonnait d'être celui de son voleur.

"Ici on n’a que le menu fretin, on se contente de modestes gardiens de la paix, on ne touche pas aux gradés", a ainsi regretté Me Bui.

 

© Agence France-Presse

A lire aussi


Procès de Bastia-Poretta: le procureur général d'Aix dénonce une "paralysie" orchestrée par les accusés

Aix-en-Provence

-

Justice

Procès de Bastia-Poretta: le procureur général d'Aix dénonce une "paralysie" orchestrée par les accusés

Fraude au code de la route : 11 condamnations dans les Bouches-du-Rhône

Bouches-du-Rhône

-

Justice

Fraude au code de la route : 11 condamnations dans les Bouches-du-Rhône

"Convois de prostituées" mineures depuis Marseille: quatre hommes mis en examen

Marseille

-

Justice

"Convois de prostituées" mineures depuis Marseille: quatre hommes mis en examen

Le premier procès en France des crimes du régime syrien s'est ouvert devant la cour d'assises de Paris

France

-

Justice

Le premier procès en France des crimes du régime syrien s'est ouvert devant la cour d'assises de Paris

93.6 & 87.9 FM

Abonnez-vous à la newsletter
pour suivre notre activité et obtenir des offres