LogoMaritima

°C

Région sud

-

Justice

Hubert Falco inéligible ou pas ? L'ex-maire de Toulon fixé sur son avenir mardi à Aix

4min

image

Par Jean-Michel Darras13/05/2024 à 09:40

Hubert Falco, 76 ans, pourra-t-il revenir dans le jeu politique varois ? Réponse mardi avec la décision de la cour d'appel d'Aix-en-Provence qui dira si elle confirme la peine d'inéligibilité infligée à l'ex-maire de Toulon pour des repas réglés pendant des années par le département.

En avril 2023, la décision du tribunal correctionnel de Marseille avait fait l'effet d'une bombe à Toulon: Hubert Falco, maire et président de la métropole toulonnaise depuis plus de 20 ans, qui avait ravi la ville à l'extrême droite en 2001, était condamné à trois ans de prison avec sursis pour recel de détournement de fonds publics, avec en prime une peine d'inéligibilité de cinq ans avec exécution provisoire.

L'élu était donc immédiatement démis de tous ses mandats, sans attendre le second procès qu'il avait tout de suite sollicité. Il avait tout de même pu  boucler une mission sur la sécurité civile que lui avait confiée Emmanuel Macron, auquel il s'était rallié après avoir claqué la porte des Républicains.

Dans l'arrêt de la cour d'appel mardi, attendu à 14h00, l'attention sera avant tout portée sur l'éventuelle peine d'inéligibilité et surtout sa durée, avec en ligne de mire les municipales de 2026 face à un Rassemblement national qui nourrit de fortes ambitions localement avec notamment Laure Lavalette, porte-parole du groupe RN à l'Assemblée nationale.

La justice soupçonne Hubert Falco d'avoir continué à déjeuner gratuitement durant des années à la cafétéria du conseil départemental du Var, alors qu'il n'en était plus président depuis plus de dix ans, mais aussi d'avoir profité de repas à domicile et de frais de pressing, le tout aux frais du contribuable donc.

L'affaire était passée à la postérité comme celle du "frigo de Falco", car ces repas étaient stockés dans un réfrigérateur dédié à l'élu, au conseil départemental.

 

"Devoir de probité"

 

Lors de son premier procès, l'élu toulonnais était apparu combatif, faisant défiler une vingtaine de témoins venus assurer de sa "probité", et son avocat avait dénoncé une forme de "vent du Nord" avec un modèle de probité qui viendrait d'Europe du Nord mais ne serait "pas forcément adapté à nos mœurs".

Lors du second procès fin mars, il avait certes admis "une faute" mais sa défense avait demandé une peine "juste", "qui corresponde à la faute commise". Soucieux de "sauver son mandat, il vient chercher condamnation, mais ce côté impitoyable qu'on a avec lui, franchement, ce n'est pas juste", avait plaidé Me Thierry Fradet.

"Pour cet homme élu depuis 1971, la politique et le privé se sont mélangés", avait-il tenté d'expliquer, après un réquisitoire à nouveau très sévère qui avait demandé à la cour de confirmer la peine de première instance et donc cette inéligibilité de cinq ans. "Il a défailli sur son devoir de probité", avait estimé l'avocate générale Régine Roux, évoquant "un homme incontesté depuis 20 ans et qui ne supporte pas de l'être dans cette affaire". "Monsieur Falco dit qu'il regrette, mais le fait de ne pas avoir conscience des conséquences pénales ne peut pas le décharger de sa responsabilité. Il savait qu'il profitait de choses qui ne pouvaient lui être attribuées", avait-elle insisté.

Repas régulièrement pris au Conseil départemental, qu'Hubert Falco ne présidait pourtant plus depuis 2002, dîners préparés pour son couple par les cuisines de la collectivité et stockés dans un "frigo" dédié, heures supplémentaires de deux maîtres d’hôtel et frais de pressing personnels pris en charge dans le cadre d’un marché public: le détournement de fonds a été évalué au total à plus de 60.000 euros pour la seule période entre 2015 et 2018. Les faits avaient été révélés par un ancien responsable de la cuisine, qui s'est suicidé durant l'enquête, puis confirmés par d'autres.

 

© Agence France-Presse

A lire aussi


ArcelorMittal Fos-sur-Mer : 250 requêtes au Conseil des Prud’hommes

Fos-sur-Mer

-

Justice

ArcelorMittal Fos-sur-Mer : 250 requêtes au Conseil des Prud’hommes

Marseille : 12 personnes devant la justice après une fraude à l'URSAFF de 4.3 millions d'euros

Marseille

-

Justice

Marseille : 12 personnes devant la justice après une fraude à l'URSAFF de 4.3 millions d'euros

Faux agents sportifs: deux dirigeants de club et des agents jugés à Marseille en juin

Marseille

-

Justice

Faux agents sportifs: deux dirigeants de club et des agents jugés à Marseille en juin

Logement insalubre à Marseille : amende et prison requis pour avoir perçu indûment des loyers

Marseille

-

Justice

Logement insalubre à Marseille : amende et prison requis pour avoir perçu indûment des loyers

93.6 & 87.9 FM

Abonnez-vous à la newsletter
pour suivre notre activité et obtenir des offres