LogoMaritima

°C

Marseille

-

Société

"Pas de quoi être fier": à Marseille, un millier d'anti-JO ont manifesté leur réprobation

4min

Par Maritima 08/05/2024 à 18:01

"JO de riches", "Pas de quoi être fier": un millier de personnes ont manifesté à Marseille mercredi pour dénoncer des Jeux olympiques aux conséquences sociales et environnementales néfastes et réclamer l'exclusion d'Israël, comme l'avait été le régime d'apartheid de l'Afrique du Sud.

"Les Jeux olympiques, avec les logiques capitalistes et néolibérales qui les animent, auront forcément des conséquences néfastes pour les villes qui les accueillent et certaines catégories de la population", a déclaré à l'AFP un des manifestants, Antoine, au moment même où, dans la rade de Marseille, des centaines de bateaux accueillaient la flamme olympique, convoyée depuis la Grèce à bord du trois-mâts Belem. Le jeune homme, qui n'a pas souhaité dévoiler son nom de famille, affirmant craindre des représailles de son employeur ou des intimidations de la police, répondait à un appel à manifester lancé par plusieurs collectifs désireux de "montrer qu'on peut faire une fête populaire au nom du sport, sans exploiter, opprimer ou détruire".

"Les Jeux olympiques et leurs méfaits font système, en termes de gentrification, de +policiarisation+ de l'espace public, de dépossession de la ville", avait déploré la veille, lors d'un point presse, Félix Tréguer, membre de l'association La Quadrature du Net. "Il y a aussi le problème des travailleurs sans papiers exploités sur les chantiers. Sur l'écologie, organiser en Polynésie les épreuves de surf et aller faire des tours sur la barrière de corail, c'est problématique", estimait dans le cortège Simon Durant, un étudiant marseillais de 23 ans.

"Il y a plein de choses qui me foutent la haine, et notamment que les étudiants sont mis dehors des logements du Crous (NDLR: Centre régional des oeuvres universitaires et scolaires) pour loger des touristes", abonde l'un de ses amis, Adam, en ajoutant: "On n'est pas fiers".

Au sein de la manifestation, banderoles et slogans réclamaient aussi l'exclusion d'Israël des JO, alors que l'armée israéliennes continue ses opérations dans la bande de Gaza et que se tiennent au Caire des négociations en vue d'une trêve entre Israël et le Hamas.

"Au moment de l'apartheid, le comité international olympique avait exclu les équipes d'Afrique du Sud des JO. Donc on demande la même chose en raison de la situation en Palestine occupée", a expliqué à l'AFP Juliette Simon, animatrice de la campagne BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) France.

L'attaque menée par le mouvement islamiste palestinien dans le sud d'Israël le 7 octobre a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes. En représailles, Israël a lancé une opération militaire à Gaza qui a jusqu'ici fait 34.844 morts, principalement des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

 

 

© Agence France-Presse

A lire aussi


A Saint-Chamas, son handicap, on l'affiche !

Saint-Chamas

-

Société

A Saint-Chamas, son handicap, on l'affiche !

Bruit des avions : opération escargot devant l'aéroport de Marignane

Bouches-du-Rhône

-

Société

Bruit des avions : opération escargot devant l'aéroport de Marignane

Euro 2024 : les bars prêts à entrer en jeu

Bouches-du-Rhône

-

Société

Euro 2024 : les bars prêts à entrer en jeu

Marseille : quel dispositif de surveillance pour les plages cet été ?

Marseille

-

Société

Marseille : quel dispositif de surveillance pour les plages cet été ?

93.6 & 87.9 FM

Abonnez-vous à la newsletter
pour suivre notre activité et obtenir des offres