LogoMaritima

°C

France

-

Politique,

National

Législatives: les annonces d'Emmanuel Macron

5min

image

Par Jean-Michel Darras12/06/2024 à 12:30

Emmanuel Macron tient une conférence de presse après les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nationale. Avant les législatives anticipées du 30 juin et 7 juillet, il a appelé mercredi au rassemblement des "bonnes volontés" pour dire "non aux extrêmes". "Je ne veux pas donner les clés du pouvoir à l'extrême droite en 2027", affirme le président.

"Les masques tombent" et "la bataille des valeurs éclate au grand jour" en vue des législatives anticipées, a lancé Emmanuel Macron mercredi lors de sa conférence de presse organisée trois jours après la dissolution de l'Assemblée nationale. Après avoir "pris acte d'un blocage" à l'Assemblée nationale, la dissolution "permet seule la clarification des choses", a-t-il dit, en pointant du doigt l'alliance du LR Eric Ciotti et du RN. Il a aussi accusé LFI d'avoir créé un "désordre parfois constant" et "inquiétant" au palais Bourbon, reprochant en outre à "l'extrême gauche" "antisémitisme" et "antiparlementarisme".

 

"Je ne veux pas donner les clés du pouvoir à l'extrême droite en 2027"

"Je ne veux pas donner les clés du pouvoir à l'extrême droite en 2027", a affirmé Emmanuel Macron. "J'assume totalement d'avoir déclenché un mouvement de clarification" en dissolvant l'Assemblée, a déclaré le président de la République. "Quand 50% des Français votent aux extrêmes, que vous avez une majorité relative à l'Assemblée, vous ne pouvez pas leur dire +on continue comme si de rien n'était+. Ce n'est pas les respecter, c'est pas les entendre", a ajouté le chef de l'Etat. "Je veux qu'il y ait un gouvernement qui puisse agir pour répondre à leur colère, à leurs urgences", a-t-il encore fait valoir. "Si les gens ont peur" qu'un Premier ministre d'extrême droite soit nommé à Matignon, "eh bien le sursaut, c'est pour maintenant".

 

Un rassemblement de ceux qui auront "su dire non aux extrêmes"

Emmanuel Macron a aussi dit souhaiter, "avant ou après" les élections législatives anticipées, un rassemblement de ceux qui auront "su dire non aux extrêmes", pour "bâtir un projet en commun sincère et utile au pays" pour "gouverner". "Je souhaite avant tout" le "maximum d'élus" de la majorité présidentielle, a expliqué le chef de l'Etat en conférence de presse. "Mais je souhaite que se rassemblent le moment venu, avant ou après, les femmes et les hommes de bonne volonté qui auront ensemble su dire non aux extrêmes, et qui se mettront en capacité de bâtir un projet en commun sincère et utile au pays", a-t-il également déclaré, évoquant un "projet nouveau", une "fédération de projets pour gouverner", et chargeant les partis de sa majorité d'entamer des discussions avec d'autres formations politiques.

 

"Une autorité républicaine à tous les étages" 

Emmanuel Macron a promis une "autorité républicaine à tous les étages" et un "renforcement d'un axe régalien", dans le respect des "valeurs" républicaines. "L'autorité républicaine, donc, à tous les étages, avec des éléments très clairs (...) qui est le renforcement d'un axe régalien", a-t-il affirmé dans des propos liminaires à une conférence de presse organisée après la dissolution de l'Assemblée nationale. Il a proposé "plus de fermeté, mais dans le cadre de la République et de ses valeurs". "C'est aussi cela qui nous oppose (...) aux deux extrêmes", a-t-il jugé. "Ce qui est proposé aujourd'hui par l'extrême gauche, c'est une réponse par le communautarisme et le laxisme", et "ce qui est proposé par l'extrême droite et ceux qui s'y allient, c'est une réponse à l'insécurité par la sortie de la République, de ses valeurs, de son socle même". Le président dénonce des "alliances contre-nature" qui ne sont "en aucun cas des majorités pour gouverner".

 

Huit nouveaux réacteurs nucléaires

Le président de la République Emmanuel Macron a confirmé mercredi vouloir construire "huit nouveaux réacteurs nucléaires" EPR2, en plus des six premiers réacteurs déjà confirmés. "Le programme de gouvernement devra acter des décisions fortes, comme par exemple huit nouveaux réacteurs nucléaires indispensables" à la transition énergétique du pays, qui s'est engagé à sortir des énergies fossiles, a déclaré le président lors d'une conférence de presse organisée après la dissolution de l'Assemblée nationale. En février 2022, avant même la guerre en Ukraine, le président avoir annoncé une ambitieuse politique de relance du nucléaire prévoyant la construction de six réacteurs de nouvelle génération avec une option pour huit supplémentaires.

 

Les retraites resteront "bien indexées sur l'inflation"

Emmanuel Macron a promis mercredi que les retraites resteront "bien indexées sur l'inflation", contrairement aux affirmations du Rassemblement national qui affirme que le gouvernement a un "agenda caché" sur le sujet. "Je vais être très clair les retraites seront bien indexées sur l'inflation, le pouvoir d'achat des retraités, ce n'est pas une variable d'ajustement", a assuré M. Macron qui a accusé "les blocs d’extrême gauche" et "d’extrême droite" de mettre le système de retraite "en banqueroute" en proposant de revenir sur la réforme des retraites de 2023.

 

Interdiction du téléphone "avant 11 ans" et des réseaux sociaux "avant 15 ans"

Emmanuel Macron s'est prononcé pour l'interdiction du téléphone "avant 11 ans" et des réseaux sociaux "avant 15 ans", dans la ligne du rapport remis au président par une commission d'experts sur l'impact de l'exposition des jeunes aux écrans.

Par ailleurs, le chef de l’État a fait "un mea culpa" sur le sujet du "logement des jeunes". "C'est un sujet sur lequel nous n'avons pas assez avancé et où la France a été trop timide et j'en porte la responsabilité", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse de lancement de la campagne des élections législatives anticipées.

 

Supprimer un échelon territorial

Emmanuel Macron a souhaité mercredi "supprimer un échelon territorial" dans l'organisation administrative française, et donner le "choix" aux citoyens de "rouvrir la question des grandes régions qui ont éloigné la décision", sensible dans plusieurs d'entre elles. "Il nous faut déconcentrer beaucoup plus rapidement mais il faudra supprimer un échelon territorial pour ramener plus de simplicité et de liberté sur les territoires, rouvrir la question de ces grandes régions qui ont éloigné la décision et redonner la liberté de choix sur le terrain à nos compatriotes s'ils veulent revenir sur ce sujet", a affirmé le président de la République dans des propos liminaires à une conférence de presse organisée après la dissolution de l'Assemblée nationale.

 

Le RN accusé d'"ambiguïté" à l'égard de la Russie et de vouloir sortir de l'OTAN

Emmanuel Macron a accusé mercredi le Rassemblement national d'entretenir une "ambigüité à l'égard de la Russie", fustigeant également "la sortie de l'OTAN" prônée par les lepénistes, lors d'une conférence de presse en vue des législatives. "A l'extrême gauche, c'est une vision balkanisée de notre politique, de notre diplomatie", a ajouté le chef de l'Etat, estimant qu'elle n'était "d'ailleurs pas possible, ni vis-à-vis de l'Ukraine, ni par rapport au Proche-Orient".

 

Pas de débat avec Marine Le Pen

Emmanuel Macron ne mènera pas la campagne de la majorité aux législatives, qui sera "portée par le Premier ministre" et ne fera pas de débat avec Marine Le Pen, a-t-il indiqué mercredi lors de sa conférence de presse. "Le président de la République, il doit donner un cap, une vision. Mais il n'est pas là pour faire campagne aux législatives", a-t-il déclaré. Quant à un débat avec Marine Le Pen, "j'ai fait cette offre de clarification avant les européennes parce qu'elle l'avait soumise. Elle ne s'est pas rendue au rendez-vous (...) Je comprends que madame Le Pen voulait rejouer la présidentielle en disant (...) qu'il fallait ensuite que je démissionne. Je l'invite à relire la Constitution. Donc, non".

 

Avec AFP

photo capture écran

A lire aussi


Le CIO attribue "sous conditions" les JO-2030 aux Alpes françaises

France

-

Politique

Le CIO attribue "sous conditions" les JO-2030 aux Alpes françaises

Lucie Castets demande à Macron de "prendre ses responsabilités" et de la nommer Première ministre

France

-

Politique

Lucie Castets demande à Macron de "prendre ses responsabilités" et de la nommer Première ministre

JO d'hiver 2030 : Macron va se rendre devant le CIO pour appuyer la candidature de la France

France

-

Politique

JO d'hiver 2030 : Macron va se rendre devant le CIO pour appuyer la candidature de la France

La France insoumise dépose une proposition de loi pour abroger la réforme des retraites

France

-

Politique

La France insoumise dépose une proposition de loi pour abroger la réforme des retraites

93.6 & 87.9 FM

Abonnez-vous à la newsletter
pour suivre notre activité et obtenir des offres