LogoMaritima

°C

France

-

Environnement,

Justice,

National

Polluants éternels : des perquisitions en cours sur plusieurs sites d'Arkema

2min

image

Par Jean-Michel Darras09/04/2024 à 14:46

Des perquisitions sont en cours mardi sur des sites des groupes chimiques Arkema et Daikin dans le cadre d'une enquête sur la contamination aux PFAS, les polluants éternels, dans la vallée de la chimie.

Les perquisitions ont débuté dans la matinée et se poursuivent sur "plusieurs sites" d'Arkema: à Pierre-Bénite (Rhône), dans le sud de Lyon, sur un second site à proximité, et au siège francilien de Colombes (Hauts-de-Seine), a déclaré à l'AFP la direction, confirmant une information de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes. "Arkema a remis aux enquêteurs l'ensemble des éléments demandés", a-t-elle poursuivi.

"Le site de Daikin Chemical France à Pierre-Bénite fait l'objet depuis ce matin d'une perquisition menée par les services de police judiciaire", a indiqué de son côté son président, Gaël Marseille. "Daikin Chemical France coopère pleinement avec les enquêteurs", a-t-il ajouté. Ces perquisitions sont menées dans le cadre d'une information judiciaire pour "mise en danger d'autrui" ouverte à l'automne 2023 dans l'affaire des PFAS, selon une source judiciaire. "Ca va être une longue opération", a-t-elle prévenu. Aucune activité des enquêteurs n'était visible aux abords du site de Pierre-Bénite, dans la vallée de la chimie, selon des journalistes de l'AFP.

Présents depuis des années sur cette plateforme industrielle, Arkema et Daikin produisent des polymères fluorés et manipulent à ce titre des PFAS, des substances quasi indestructibles.

28 mai

La semaine dernière, les députés ont approuvé en première lecture une proposition de loi écologiste visant à restreindre la fabrication et la vente de produits contenant des PFAS, excluant toutefois les ustensiles de cuisine. La problématique des polluants éternels est particulièrement prégnante dans la "vallée de la chimie" depuis une série d'enquêtes journalistiques qui, en 2022, ont révélé l'ampleur de la contamination dans la zone.

En mai 2022, le maire de Pierre-Bénite Jérôme Moroge avait déposé plainte pour mise en danger de la vie d'autrui. A l'automne 2023, il avait été rejoint par des dizaines de communes des alentours et une information judiciaire avait été ouverte. En mars, les deux industriels ont également été assignés en justice au civil par la Métropole de Lyon qui espère voir appliquer le principe de "pollueur-payeur".

Une première audience devant le juge des référés, à qui la métropole demande une expertise judiciaire pour établir clairement le rôle de Daikin et Arkema dans la contamination des sources d'eau potable par les polluants éternels, a été ajournée mardi à la demande des avocats des industriels. Elle se tiendra finalement le 28 mai.

"Charbon"

En novembre, la justice avait rejeté un référé pénal environnemental déposé par plusieurs associations et particuliers afin d'obtenir des études sur les PFAS rejetés par Arkema. Un recours devant la Cour de cassation reste en cours. En 2002, la préfecture a de son côté enjoint à Arkema de cesser d'utiliser des PFAS d'ici la fin de 2024. L'industriel a depuis installé une station de filtration permettant de réduire drastiquement ces rejets.

Les PFAS, composés poly- et perfluoroalkylés, dotés de propriétés anti-adhésives et imperméables, sont massivement présents dans la vie courante: poêles en Teflon, emballages alimentaires, textiles imperméables, automobiles... Ces polluants peuvent se retrouver dans des rejets industriels ou des sites d'enfouissement et contaminent les eaux. En cas d'exposition sur une longue période, ils peuvent avoir des effets sur la fertilité et sur le développement du foetus, augmenter les risques d'obésité ou favoriser certains cancers (prostate, reins et testicules), selon des études scientifiques.

 

© Agence France-Presse

 

Retrouvez par ailleurs notre reportage sur la mobilisation, le mois-dernier à Marseille, des centaines de personnes contre l’implantation d’une chaufferie dans l’usine Arkema dans la vallée de l’Huveaune. 

 

photo archive

A lire aussi


 « Istres propre et durable », grosse mobilisation attendue pour la 13e édition

Istres

-

Environnement

« Istres propre et durable », grosse mobilisation attendue pour la 13e édition

Saint-Mitre-Les-Remparts. "Ma ville de demain" : une soirée festive, ludique, engagée et citoyenne

Saint-Mitre-les-Remparts

-

Environnement

Saint-Mitre-Les-Remparts. "Ma ville de demain" : une soirée festive, ludique, engagée et citoyenne

Marseille : nouvelle action contre les croisières

Marseille

-

Environnement

Marseille : nouvelle action contre les croisières

48h de l'agriculture urbaine à Marseille. Découverte de la ferme Capri

Marseille

-

Environnement

48h de l'agriculture urbaine à Marseille. Découverte de la ferme Capri

93.6 & 87.9 FM

Abonnez-vous à la newsletter
pour suivre notre activité et obtenir des offres