LogoMaritima

°C

Marseille

-

Justice,

Politique

Stéphane Ravier : cinq ans d'inéligibilité requis contre le sénateur jugé pour prise illégale d'intérêts

4min

Par Maritima 18/04/2024 à 06:45

Un an de prison avec sursis et cinq ans d'inéligibilité ont été requis mercredi à Marseille contre le sénateur du parti d'extrême droite Reconquête! des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier, jugé pour l'embauche de son fils lorsqu'il était maire d'un secteur de la ville.

"Il n'y a absolument rien de normal avec le fait d'obtenir un emploi public par le biais d'une intervention privée", a justifié le procureur Mathieu Vernaudon, estimant que le délit de prise illégale d'intérêt était caractérisé.

Pour lui, "Stéphane Ravier est bien intervenu dans le recrutement et le renouvellement des contrats de son fils", lequel bénéficie aujourd'hui d'un "emploi à vie dans la fonction publique territoriale", en sollicitant notamment le directeur de cabinet du maire de droite de l'époque, Jean-Claude Gaudin (Les Républicains).

Le procureur a réclamé également 20.000 euros d'amende pour Stéphane Ravier. Pour son fils, Thomas Ravier, il a requis huit mois de prison avec sursis, 10.000 euros d'amende et une peine d'inéligibilité de cinq ans.

Thomas Ravier avait été embauché en 2015 au service Espaces verts de la mairie du 7e secteur (13e et 14e arrondissements) de Marseille, dont Stéphane Ravier était maire depuis l'élection de 2014, à l'époque sous l'étiquette Front national (devenu Rassemblement national), avant de devoir céder son fauteuil en 2017 pour cause de cumul de mandats.

"Monsieur Ravier conteste formellement les faits qui lui sont reprochés"

Stéphane Ravier, qui était le seul sénateur du RN, a rallié le parti d'Eric Zemmour en février 2022. Son fils a été titularisé à son poste en janvier 2020, avant les élections municipales qui ont fait basculer la mairie de Marseille à gauche, après quatre mandatures de Jean-Claude Gaudin.

"Monsieur Ravier conteste formellement les faits qui lui sont reprochés, et l'infraction qui lui est opposée n'est absolument pas caractérisée", avait déclaré à l'AFP en janvier son avocat Me Julien Pinelli.

En février, le sénateur Ravier avait été condamné à une amende de 3.000 à Marseille pour diffamation à l'encontre de l'ONG de secours en mer SOS Méditerranée, condamnation dont il a fait appel.

Il avait également été condamné en décembre à Lyon à une amende de 10.000 euros pour injure publique à l'encontre d'un avocat dans un message posté sur X pour commenter un verdict de la cour d'assises du Rhône.

La cour d'appel d'Aix-en-Provence doit de son côté se prononcer le 18 juin sur une affaire de poursuite pour diffamation à caractère racial dans laquelle le parquet avait fait appel d'une relaxe du sénateur, poursuivi également après un post sur le réseau social X.

 

© Agence France-Presse

A lire aussi


Procès de Bastia-Poretta: le procureur général d'Aix dénonce une "paralysie" orchestrée par les accusés

Aix-en-Provence

-

Justice

Procès de Bastia-Poretta: le procureur général d'Aix dénonce une "paralysie" orchestrée par les accusés

Fraude au code de la route : 11 condamnations dans les Bouches-du-Rhône

Bouches-du-Rhône

-

Justice

Fraude au code de la route : 11 condamnations dans les Bouches-du-Rhône

"Convois de prostituées" mineures depuis Marseille: quatre hommes mis en examen

Marseille

-

Justice

"Convois de prostituées" mineures depuis Marseille: quatre hommes mis en examen

Le premier procès en France des crimes du régime syrien s'est ouvert devant la cour d'assises de Paris

France

-

Justice

Le premier procès en France des crimes du régime syrien s'est ouvert devant la cour d'assises de Paris

93.6 & 87.9 FM

Abonnez-vous à la newsletter
pour suivre notre activité et obtenir des offres